Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA PHILOSOPHIE CHEZ GERMINA
  • : Rendre la philosophie populaire.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 13:38

   
La joie et le tragique, Introduction à la pensée de Clément Rosset, sort début octobre. 160 p., 15 euros. Le livre donne une idée générale de cette pensée profonde, joyeuse et méconnue. J'ai essayé, en outre, de mener une enquête sur la nature exacte de la joie de vivre chez Clément Rosset. S'agit-il en particulier d'une joie d'exister?
 


  

Partager cet article

Repost 0
Published by Sancho
commenter cet article

commentaires

Anthony 14/06/2010 18:32



Nouvelle présentation, chouette !!!


J'espère que Jean-Paul t'a transmis mon bonjour, en tout cas s'est fait à présent. Il faudrait que je te parle d'une association d'éditeur qui contraiement à PUF ne prend pas 60 % et oui je me
suis renseigné. Il y aura là quelques explications à ce qui t'arrive...Mais passons.


Bonne continuation à toi.



Anthony 26/04/2010 18:22



Alors... ?


Bon courage pour la suite et bonne traversée des tempêtes :)


A.



Stéphane Prat 08/10/2009 15:12



J’ai beaucoup de mal à supporter le traitement infligé depuis des lustres à cet animal exemplaire en tous points, libre et entêté,
voyageur immobile d’une dignité à toute épreuve, je veux évidemment parler de l’âne, auquel on compare, comme s’il n’y avait insulte plus douce et salutaire, le cancre ou l’idiot.


Stevenson ou Zo d’Axa lui ont pourtant magnifiquement rendu justice. Mais on n’en continue pas moins de coiffer de ses magnifiques
oreilles ses dégoûts les plus nauséeux, ses annihilations secrètes. Ce genre de chasse m’inspire la plus grande méfiance, monsieur le professeur
d'humanisme Koffi Cadjehoun.



Koffi Cadjehoun 05/10/2009 23:11



Si je vous ai blessé, veuillez m'excuser. Je n'attaquais ni l'homme, ni le livre, mais cette seule phrase. Néanmoins, elle me semble emblématique d'une époque ignare qui ignore - ce qu'est la
joie et qui subvertit la joie comme Rosset subvertit Pascal.
Que Rosset soit un nihiliste, c'est un fait. Qu'il soit surtout un penseur irrationaliste, c'est-à-dire dangereux, est une conséquence terrifiante. La force majeure désigne l'exonération du
principe de responsabilité. Rosset théorise le principe d'irresponsabilité!
Quand à Comte-Sponville, le compte est bon : à force de travailler pour des comtes, la bourgeoisie s'est révoltée. A force de besogner pour des comptes, nos intellectuels diplômés perdront toute
considération intellectuelle. Comte-Sponville n'est pas un philosophe au sens où il ne crée aucune idée, mais qu'il met son bagage érudit au service du marché ultra-libéral. Comme les
monétaristes, il ne crée aucune valeur. Il se contente d'armer la planche à idées (préexistantes).
C'est affligeant. Quant à Wizman, n'en jetez plus! C'est un histrion de la philosophie ou un filosophe, rien de plus. Une supercherie galvaudée. Un âne y mateur. Une imposture télévisée. Un
conceptuel du prompteur. Une erreur de casting - ou le fameux intrus de la liste. Cette manière de confondre le savoir et la création en dit long sur le nihilisme que personnifie Rosset. Verdict
: il est temps que cela cesse, fasse place à l'allégresse (emprunt à des paroles du groupe défunt et sous-évalué NTM).



Jean Tellez 04/10/2009 11:30


Koffi Kadjehoun : je vous ai écrit une réponse sur votre blog, mais tout est parti! Mauvaise humeur, perte de temps! je vous disais surtout que j'étais d'accord avec votre approche de Rosset. Une
phrase du 4è de couv de mon livre a déclenché votre longue note où, soit dit en passant, vous me faites passer pour un complaisant (si ce n'est pire). A vrai dire, trancher la question du nihilisme
de Rosset, ce n'est guère simple, pas plus que de répondre à la question : est-il fondamentalement en accord avec Cioran ou fondamentalement en désaccord? J'ai essayé de montrer qu'il y avait un
très subtil passage de l'accord au désaccord, passage qui est "le secret de Clément Rosset".