Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les effets capiteux et toxiques d’une philosophie tiennent à sa formule. La formule peut comporter des variantes comme pour n’importe quel stupéfiant. Mais le principe actif est toujours le même. En gros, la bonne recette est celle-ci : décrire, évoquer...

On peut parler d’un effet narcotique de la philosophie quand elle offre d’user, de consommer des expériences de sujet. C’est la philosophie que l’on échantillonne, glose, enseigne. On se passe des bouts de cet être-sujet que les philosophes mettent en...

Il y a des parts entières de philosophie que l’on peut s’injecter solitairement. On peut aussi les inhaler en compagnie d’autres amateurs. On se passe des citations, des interprétations, on conférencie, on débat comme des fumeurs se refilent un joint....

Quand la philosophie devient-elle un narcotique ? Quand des gens se mettent à consommer des expériences subjectives philosophiques et en deviennent dépendants (ils ne consomment plus d’autres subjectivités de ce type, ils n’essaient pas du Bergson parce...

Examinons un éventuel effet narcotique de la philosophie (ou, plus généralement, cherchons-y la formule d’un psychotrope particulier : antidépressif, excitant, stimulant…). Pour cela, nous devons identifier ce qui fait de la philosophie une substance...

Kant n’a pas prévu que j’existerais, c’est là sa faiblesse (et ce qui m’intéresse donc dans le kantisme). J’ai peut-être l’air de plaisanter. En fait, je voudrais insister sur une propriété des textes philosophiques dont les philosophes ne semblent jamais...

( Cette note étant un peu longue, je la livre en plusieurs parties) Il est instructif d’observer un fou rire quand il surprend quelqu’un qui n’en doit pas moins poursuivre son discours (par exemple un journaliste dans les conditions du direct). Le discours...