Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA PHILOSOPHIE CHEZ GERMINA
  • : Rendre la philosophie populaire.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 13:38

   Une oeuvre philosophique est portée, elle est portée par un élan. Elle ne parle pas expressément de cet élan. D'ailleurs, le pourrait-elle? Peut-on être projeté et avoir toute la lucidité requise pour penser ce que l'on projette en avant ? Il y a tant de concepts, de thèmes, de problèmes à éprouver, pour qui se sent porté par sa propre pensée. Mais il y a ici un phénomène remarquable : l'impulsion initiale s'invite dans le mouvement qu'elle induit.

   C'est sans doute le propre de la pensée. C'est le phénomène déconcertant qui produit cette propriété elle-même déroutante : penser. On pense quand on se représente un mouvement en avant, qui enchaîne idées et images, et quand la cause de ces enchaînements transparaît dans la chaîne même des idées et des images.

   Par exemple, qu'est-ce que penser à quelqu'un? C'est tomber dans une association de choses vécues, de profils, de silhouettes, de mots prononcés. Mais la chiquenaude qui produit le flot associatif, et d'ailleurs aussi le colore, le tourmente, le tord en telle ou telle direction, n'est pas elle-même une pensée constituée, une pensée de la chaîne des pensées. Cela peut être par exemple un choc reçu. Je l'ai vu hier, il n'avait pas l'air d'aller bien. Cela m'a rempli de perplexité. Aujourd'hui, j'y repense. En fait, aujourd'hui, je développe cette capacité qui s'appelle penser. Je pense à lui. J'y pense sous l'effet de la secousse que fut notre rencontre.

   Penser à quelqu'un, cette possibilité ne peut s'élucider qu'en examinant des enchaînements d'idées, d'intuitions qui me tombent dessus à l'improviste. Husserl commet une grande erreur dans ses Médiations cartésiennes : il cherche à constituer la figure d'autrui à partir des seuls contenus d'un ego, en oubliant toutes les circonstances subreptices qui peuvent nous faire penser à quelqu'un. Il m'est impossible de penser à quelqu'un, si je ne vois pas jaillir des choses qui me le rappellent; et cela est impossible à son tour si une impulsion vitale, concrète, brûlante ne s'invite, qui n'est trouvable dans aucun stock de pensées. Elle n'est pas détectable, elle n'est pas observable en elle-même, parce que précisément elle me permet de mobiliser des pensées visant autrui. Elle est une impulsion qui me vient d'une chose faite ou non faite, d'un malaise ou d'une joie, d'une surprise ou d'un accroc.

   Penser à autrui est une possibilité qui naît de mon rapport accidenté à lui ou, si l'on veut, du fait que ce rapport est toujours surprenant, chaotique, tourmenté. Levinas, de son côté, commet une erreur symétrique de celle de Husserl. Celui-ci supposait que la figure d'autrui peut être profilée dans un ego, sous forme d'une structure spéciale, qui était la "transcendance dans l'immanence". Levinas voit d'emblée autrui comme une transcendance qui me soumet, m'écrase, m'appelle à la responsabilité. Husserl : trop peu d'autrui, Levinas : trop d'autrui. Les pensées philosophiques sont ainsi : toujours tentées par l'absolu et l'excès.

   La vérité est plus simple, mais aussi plus subtile. Je ne peux penser à autrui que parce qu'il est, en moi, un déclencheur de pensées, une impulsion, un accident perpétuel qui invite à l'évoquer, qui s'invite dans ma pensée et, par là même, la déroule. Pour finir, je ne peux penser à autrui que dans la mesure où il est ma drogue, où je suis à son égard dans un état d'addiction catastrophique. Entendons-le en deux sens : j'ai un besoin pathologique de penser à lui, mais je ne peux y arriver que par quelque injection : un soudain malaise à le voir, quelques mots qu'il a prononcés, un regard qu'il m'a jeté. Autant de chocs qui s'invitent et que je n'aurais pu provoquer ou invoquer. Et l'injection d'héroïne n'est ici que le trait aigu de l'existence. Non pas ce vague "vécu" dont les philosophes nous lassent. Mais l'incongruité insurmontable de l'existence, son goût de trait net, d'accident et, pour tout dire, sa saveur de totale absurdité.

   Cela peut se généraliser à toute pensée. On ne pense jamais que par incitation à le faire. Elucider une pensée, c'est toujours remonter à la turbulence qui la porte. Cette turbulence n'a pas à être imaginée, supposée, construite. Elle est visible, comme le mouvement même qui lance la pensée. Elle se tahit à ceci qu'elle est inattendue, qu'elle renvoie à de l'intrusion, du choc, de la rencontre, de l'injection.

   On pense parce qu'on est drogué par le trait net et incongru de l'existence. On pense parce qu'on se ressent d'exister, ou parce qu'on se ressent de l'existence d'autrui. Dans les deux cas, c'est la fulgurance qui est en jeu. Que j'existe, que tu existes, cela fait penser par brusques montées de pensable. Cette structure générale de la pensée se lira nécessairement dans toute philosophie. Pour en prendre une au hasard, on verrait aisément que toute la Monadologie de Leibniz se ramène à un flot d'idées, poussé en avant par une entrée en force dans le texte leibnizien, des "fulgurances de la divinité". Les Monades en effet, dont l'ouvrage tout entier nous parle, sont les vecteurs de constantes fièvres énergétiques de Dieu ou, si l'on veut, d'adrénaline philosophique.

   Nous pourrions penser que nous ne savons pas qui est ce Dieu leibnizien, ordonnateur, mathématicien, artiste, pris de spasmes ontologiques. Mais nous pouvons sans difficulté deviner qu'il nomme le trait soudain que trace une existence. Cette soudaineté est à penser à deux niveaux : celui de l'effet même de l'existence, qui raye l'être comme un éclair dans un ciel d'orage, celui de chaque occasion de rencontrer le phénomène de l'existence. Chaque occasion de toucher à de l'existence, comme l'a si bien montré Clément Rosset, est comme une électrocution. Cela nous laisse étourdis, sans aucune idée claire à l'esprit, mais avec une terrible envie d'en dire quelque chose. Ajoutons juste que c'est bien là l'effet de la drogue : flash, vertige, puis enchaînements vigoureux dans les pensées, dans l'attention au monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by J. Tellez
commenter cet article

commentaires

Tietie007 30/09/2017 17:15

Mouais, tout ça est bien obscur ...

Anthony Le Cazals 12/10/2012 20:45


Ce qui métabolise dans la philosophie, c'est le délire autrefois tourné vers les chimères et les idées (que tu avait traité), c'est ce que j'appelerais une transpréhension, c'est-à-dire
une compréhension à travers (via) l'affect et la rencontre. La compréhension étant très liée à la connaissance apparue à la Renaissance (la science procédait autrement
jusque là comme le note Nietzsche).

Pardon de faire Monsieur je sais tout mais tu en sais autant que moi. Après c'est une affaire d'« économie libidinale », comme on l'appelait autrefois. En 2012, cela semble remuer comme en 2006.

Anthony Le Cazals 12/10/2012 20:35


Les Français quantiques sont ceux qui naviguent dans l'hypertexte, comme autrefois on pouvais lire de manière classique les livres ou de manière antique les papyrus et parchemin. Pour ma part
c'est une spécificité francophone (ce que confirme Michel Serres, mais aussi l'existence de Haroche prix Nobel, Rovelli à Marseille et un ensemble de chercheurs sur le quantique). Il existe
certes une blogosphère américaine de philosophie très développée sur blogspot mais elle me semble ampoulée et ne pas être le pendant d'une vivacité culturelle. Et puis un jour ce seront les
hispanophones qui prendront le relais (Nord de l'Espagne et Amérique Latine, cf. les outil mis en place par Ignacio Potel, son attaque du droit d'auteur).


 


En résumé deux courant convergent en France, mais la continuation se fera en Espagne et Amérique du Sud. L'Afrique est dans d'autres problèmes, une trop lente digestion des valeurs occidentales
(il n'u a que Glissant qui ait suggérer la créolisation et donc la fn de la question de l'Être). L'élan possède une locution dans différente langues c'est tra en italien, po- en russe (connecteur
dynamique) et via en français. C'est surtout en russe que cette dimension est prégnante (autre langue créole), son usage en tout cas.



Je t'enverrai ma thèse finie il y a 10 jours, je reprends mes tirages numériques ce week-end. Peut-être qu'un jour tu mettras quelqu'un sur son commentaire, mais pour l'instant je ne suis pas
très vendeur en notoriété et ne souhaite pas l'être. Je sais juste que je l'ai fait et cela put très bien être un handicap. L'élan s'il est suffisamment puissant porte ailleurs que vers la
philosophie (en confirmation de celle-ci).

Tellez 12/10/2012 16:59


Anthony, voilà bien la question : qu'est-ce qu'on métabolise dans le creuset philosophique, si l'on veut sortir des symbolismes? Au fait, les "Français quantiques", qui est-ce? Je n'ai pas saisi
ce point.

Anthony Le Cazals 11/10/2012 06:35


Plaisir dialectique de la contradiction. Oui, elle le peut. Oui une oeuvre philosophique peut expliquer sont point de dominance héritée ou folie du père > passage par l'exil ou la décadence
familiale > nécessité d'écriture. Mais il n'est pas sur que la philosophie se limite à une oeuvre et à une écriture, ce que tu sous-entends. Historiquement les philosophes dogmatiques sont
apparus dans des familles souches décadentes, chez les grecs antiques, chez les Allemands classiques, chez les Français quantiques (il en va autrement des philosophes académiques ou ouvriers
philosophiques). Chez les Français quantiques, ce sont tous des descendants de famillles occitanes passées par Paris, j'entends tous les philosophes dont tu ne traites pas dans ta collection «
les clés de la philo », parce que « tu » parles essentiellement d'ouvriers ajusteurs ou de réajusteurs des anciens valeurs comme Marion, Ferry, etc. qui pour beaucoup parlent de transcendance,
parce qu'il ne savent pas se dépasser, bref des hommes de lettres,ce qui est la pire espèce pour se venger du réel, tomber dans le crépuscule de l'analyse, après l'élan. Pas étonnant que tu aies
pris longtemps le Phèdre en exemple, il fait coexister les deux Platon, donc les deux Socrate, d'avant et après le chorismos que symbolise très bien le mythe du char ailé. Là question
est qu'est-ce qu'on métabolise ? (puisque tout invite à l'ère numérique ou quantique à sortir du symbolique creux).


Amitiés


Anthony